Les représentations des migrations – séance #1

Séminaire d’équipe
Les représentations des migrations

 

Séance #1 : Les enjeux de la cartographie

 

Le jeudi 4 avril de 14 heure à 17 heure avec les interventions de Nicolas Lambert (Riate, CNRS, Paris Denis Diderot) et Françoise Bahoken (IFSTTAR, Université Paris Est).

 

De tous temps, des cartes ont été mobilisées pour se repérer, se déplacer et représenter le monde. La cartographie des déplacements humains apparaît toutefois tardivement, notamment avec les premiers travaux de Charles-Joseph Minard, au milieu du XIXe siècle, figurant des mouvements humains ou des transports à différentes échelles géographiques. Dès lors, elle n’a cessé de se développer, en lien avec un engouement général et soutenu pour la visualisation de données.

La mise en carte des migrations a vu sa pratique profondément renouvelée avec l’informatisation. Cela étant, force est de constater que ses enjeux théoriques, méthodologiques et pratiques perdurent : jeux d’échelles, agrégations, disponibilité des données, lacunes, sémiologie cartographique, etc.

Au-delà de ces aspects purement formels, la carte, en tant que représentation du territoire, n’en est pas pour autant objective. Résultant de choix menés à toutes les étapes de sa construction, la carte traduit un regard particulier sur le réel, soulevant implicitement des enjeux liés à sa rhétorique qui peuvent servir de support à des visions du monde contradictoires, potentiellement conflictuelles.

 

Recherche

Menu principal

Haut de page