Séminaire « théories, sources et méthodes » – 19 janvier 2017

Séminaire du laboratoire MIGRINTER « théories, sources et méthodes »

Jeudi 19 janvier 2017 (10h-13h) – Salle Gargantua

Capacités de mobilité, ancrage et rapport à l’espace des jeunes des classes populaires rurales

Intervenant : Thomas Venet

Docteur en sociologie, CURAPP (Centre Universitaire de Recherches sur l’Action Publique et le Politique) UMR 7319 CNRS / Université Picardie-Jules Verne et CRIDUP (Centre de Recherches de l’Institut de Démographie de l’Université Paris 1) EA 134 Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Discutante : Sarah Przybyl, MIGRINTER

Résumé : Dans ma thèse, j’ai cherché à questionner les modalités de « passage à l’âge adulte » en territoire rural désindustrialisé. Pour cela, je me suis centré sur des espaces de la campagne Picarde où l’industrie faisait travailler la majeure partie de la population jusque dans les années 1970-80 mais a, depuis cette période, vu fondre son activité sous l’effet conjoint des délocalisations de sites de production, des externalisations d’activités et des transformations de l’organisation productive. Ces territoires sont désormais marqués par de forts taux de chômage, notamment pour les jeunes, dont une part importante doit partir pour se former ou trouver du travail ailleurs.

Cette tendance marque une évolution dans les modalités du « passage à l’âge adulte », entendu comme période d’accroissement d’une autonomie relative vis-à-vis de la famille d’origine, en accédant à des statuts sociaux d’adultes et à des moyens de subsistance propres. Classiquement marqué par une série de passage de seuils (accès au premier emploi, départ de chez les parents, mise en couple), cette période induit désormais pour les jeunes ruraux certaines formes de mobilités géographiques qui demandent des ressources matérielles et symboliques inégalement distribuées. Outre pendant la phase de « tri social » sélectionnant qui pourra partir étudier ou travailler ailleurs, les capacités de mobilité vont également jouer un rôle important dans la recherche d’emploi des jeunes restés sur place.

Dans ma communication, je commencerai par expliquer mon approche localisée du processus d’entrée dans la vie adulte, ainsi que sa mise en œuvre, puis j’exposerai des matériaux issus de ma thèse, permettant de fournir des éléments sur les déterminants des capacités de mobilités des jeunes des classes populaires rurales et les rapports à l’espace qui les sous-tendent.

En savoir plus : Enfermement et relégation des jeunes des classes populaires rurales », Thomas Venet, Lien social et Politiques, n° 74, 2015, p. 113-125 https://www.erudit.org/revue/lsp/2015/v/n74/1034067ar.pdf

-o-

Organisation : Celio Sierra-Paycha, Marie-Françoise Vallette, Nelly Martin

Recherche

Menu principal

Haut de page