Soutenance de thèse – Abêt Mongbet

Abêt MONGBET soutiendra sa thèse pour l’obtention du doctorat de géographie le 07 mai 2019.

La thèse est intitulée : Mobilités, dynamiques frontalières et intégration sous-régionale en zone CEMAC : le cas des commerçants de Kyé-Ossi

  • Membres du jury :
  • Abdoul Hameth BA, Maître de Conférences (HDR), Université d’Evry : Rapporteur
  • Véronique LASSAILLY-JACOB, Professeure honoraire, Université de Poitiers : Examinatrice
  • Aurore Sara NGO BALEPA, Professeure, Université de Douala : Rapporteure
  • Jean-Louis YENGUE, Professeur, RURALITES, Université de Poitiers : Examinateur
  • Pierre KAMDEM, Professeur, MIGRINTER, Université de Poitiers : Directeur de thèse
  • Cédric AUDEBERT, Directeur de Recherches, CNRS, Université des Antilles : Codirecteur de thèse.

RESUME
La libre circulation en zone CEMAC est un long processus en Afrique centrale qui date de cinq décennies. Les pays membres de cette organisation sont toujours en tractation et font face à d’interminables signatures et accords y afférents. Son manque d’effectivité empêche les citoyens tels les Camerounais de migrer dans la sous-région, en l’occurrence vers le Gabon et la Guinée Equatoriale, très réticents à l’ouverture de leurs frontières aux ressortissants de la CEMAC. Ceux-ci justifient leur posture par une situation socioéconomique qu’ils entendent préserver. Le contexte limitatif rend pertinent le développement de stratégies de mobilité pour les acteurs migrants concernés. Des politiques migratoires contraignantes amènent ainsi les migrants venant du Cameroun à concentrer leur présence à la frontière commune à ces trois pays : Kyé-Ossi. Au fil du temps, cette localité de halte prolongée des migrants a connu une expansion spatiale rythmée par une croissance démographique issue principalement de la migration intérieure ; ce phénomène soutenu par le commerce développe et anime la coopération transfrontalière dans cette partie du monde. Du processus d’intégration fortement ralenti, on assiste ainsi à une dynamique frontalière grâce à l’anthropisation des migrants et aux actions étatiques de territorialisation qui accroissent davantage les mouvements humains vers cette frontière. A partir de Kyé-Ossi vont se développer de nouvelles expériences de migration et de mobilité. Grace à la dynamique familiale et de réseaux créée autour de la frontière, Kyé-Ossi devient une nouvelle base pour des mobilités internationales variées : courtes et longues durées vers le Gabon ou la Guinée Equatoriale, réseau pour l’immigration, zone de transit de longue durée pour une immigration ultérieure, réseau de passage et de chaine d’acteurs marchands pour d’autres camerounais à l’intérieur de ces pays. Les trois frontières se retrouvent ainsi habitées par les camerounais, lieux de vie où on observe une différenciation dans leur expression de citoyenneté en tant que Camerounais et ressortissants de la sous-région CEMAC.
La démarche adoptée pour mener cette recherche mobilise un corpus méthodologique s’appuyant sur un travail de terrain initié depuis 2014. Il intègre à la fois des observations directes en contexte d’immersion, des administrations de questionnaires et entretiens auprès de cibles diverses. S’y ajoute un travail d’exploitation de supports écrits tels que les documents scientifiques, administratifs et médiatiques, ainsi que des images satellitaires. Les matériaux obtenus permettent d’interroger et d’apprécier les liens mobilités – dynamique sociospatiale dans un
cadre pluri-frontalier – intégration sous-régionale. Elle vérifie l’hypothèse d’ouverture des frontières aux mobilités internationales du fait de la continuité territoriale produite par la
dynamique frontalière et mobilitaire.
Mots clés : Kyé-Ossi, Cameroun, Gabon, Guinée équatoriale, CEMAC, migration, mobilités, dynamique sociospatiale frontalière, intégration sous-régionale.

ABSTRACT
Free movement of people in the CEMAC zone has been a long process in the Central Africa sub-region for the last five decades. The member States of that organization are still negotiating, then facing endless agreements about free movement. Its lack of effectiveness hinders sub-regional citizens like Cameroonians to migrate within the sub-region, especially to Gabon and Equatorial Guinea. These countries are very reluctant to open their borders to CEMAC nationals, because of their higher socio-economic situation they are protecting. That obstacle induces actors to develop their own mobility strategies. In fact, rejection at the border causes Cameroonian migrants to settle in Kyé-Ossi, a Cameroonian town that borders those two countries. Over time, that settlement gradually led to spatial expansion enhanced by the demographic growth resulting mainly from internal migrations; this phenomenon poked up by trade expands and enlivens border cooperation in that region. With a stagnant integration process, we thus witness a frontier transformation through anthropization by migrants and territorialization of state, actions which further increase human movements to that border. So from Kyé-Ossi will be formed the new migratory and mobility lives. Due to the family and network dynamics created around the border, Kyé-Ossi thereby becomes a new turning point for different international mobilities: short and long journeys towards Gabon or Equatorial Guinea, network for immigration, long-term transit zone for a subsequent immigration in both countries, network of passing and actors system of trade for other Cameroonians inside these countries. Then the three border fronts tamed or inhabited by Cameroonians, living places where they undergo differentiation in their citizenship as Cameroonians and nationals of the CEMAC sub-region.
The methodology adopted to carry out this research includes a corpus based on fieldwork conducted since 2014. Data-gathering integrates direct observations in ethnographic context, sample survey and interviews with various target informants. Has been added to the previous methods exploitation of written materials such as literary, administrative and media documents, as well as satellite images. The collected data allows us to question and appreciate the links among mobility – socio-spatial dynamics in a multi-frontier context – sub-regional integration. This aims to verify the hypothesis of border openness to international mobility due to land continuity resulting from the border and migratory dynamics.
Keywords: Kyé-Ossi, Cameroon, Equatorial Guinea, Gabon, CEMAC, Migration, mobility, sociospatial border dynamic, sub-regional integration.

Recherche

Menu principal

Haut de page