Paloma Maquet

Doctorante en géographie

Migrinter (CNRS – UMR 7301)
MSHS – Bâtiment A5 – TSA 21103
5 rue Théodore Lefebvre
F-86073 POITIERS CEDEX 9

Tel. 05 49 45 46 43 (bureau des doctorants)
Mail.palomaquet@gmail.com

Présentation de la thèse en cours

Titre provisoire de la thèse :  » De port en port : l’immigration à bord des navires de la marine marchande. Recherche dans les douves de la forteresse européenne« .

Thèse réalisée sous la direction de Nelly Robin (CR IRD) et d’Emmanuel Ma Mung (DR CNRS).

Problématique

La  » gestion  » des passagers clandestins révèle une  » situation de frontière  » tout à fait exceptionnelle.

D’abord parce qu’elle souligne une forme  » topographique  » originale de la frontière  » situable  » à la fois sur terre et en mer. Dans la veine des travaux
de recherche consacrés aux processus de rebording, décrivant aussi bien
une persistance et un renforcement des marquages frontaliers que la diversité de leur matérialisation, nous pouvons analyser la façon dont la gestion des passagers clandestins inscrit spatialement la frontière autour d’objets géographiques singuliers. Celle-ci se matérialise par exemple sur les contours de  » l’objet-navire  » ou encore sur  » l’objet-port « . Autant d’objets spatiaux fonctionnant comme dispositifs de contrôle des personnes et de leurs mouvements, en apparence déconnectés les uns des autres, sur lesquels se frotte et s’exerce la frontière. Une telle observation nous oblige à repenser sa configuration au-delà d’une vision linéaire des limites du territoire des États (ici il est évidemment nécessaire d’insérer notre recherche dans les travaux développant une approche réticulaire de la frontière européenne) et hypothétiquement en dehors de leurs compétences. En effet,  » l’objet-navire  » est la propriété privée d’un armateur et  » l’objet-port « , traditionnellement perçu comme un point frontalier majeur connaît récemment une mutation remarquable : partout sa gouvernance se privatise.

Un de mes questionnements est ainsi lié à la privatisation d’espaces frontaliers et à  » l’exportation  » des frontières sur des  » objets  » maritimes privés.

Ceci nous conduit à un autre niveau d’analyse de cette  » situation de frontière  » particulière : elle manifeste justement un enchevêtrement de l’espace économique et de l’espace politique et génère ainsi une réflexion globale quant aux liens existants entre État(s) et économie marchande. Le peu de textes juridiques internationaux qui concernent directement la gestion des passagers clandestins invite les acteurs publics et les acteurs privés à collaborer pour éloigner ces migrants indésirables. Au cœur de cette articulation (entre actions de la force publique et des acteurs privés), les responsabilités sont parfois  » reterritorialisées  » ou au contraire prennent une forme flottante laissant libre cours à une totale improvisation dans un contexte caractérisé par l’urgence et par une certaine conflictualité.

Par ailleurs, ce principe de collaboration entre les différents acteurs vient en éclairer un second : celui qui détermine la responsabilité civile des transporteurs envers les passagers clandestins (sous peine d’amendes conséquentes, ils ont en effet l’obligation de subvenir à leurs besoins vitaux et de prendre en charge tous les frais relatifs à leur rapatriement). L’évolution législative en la matière montre un transfert des compétences régaliennes (en terme de contrôles migratoires et donc de contrôles frontaliers) ordinairement attachées à l’autorité publique d’un État aux acteurs maritimes (armateurs et capitaines de navires). Cette règle pose la question de la libéralisation de la violence légitime.

Dans le contexte contemporain d’une mondialisation modulée par la philosophie néo-libérale, la gestion des passagers clandestins incarne de façon inédite le régime hybride de la gouvernance des flux migratoires, des frontières. Pour résumer, dans ces espaces maritimes (ports, mer, etc.) l’État se  » dédouane  » de ses responsabilités (et de la perspective de l’implantation d’une politique durable) et la contrainte imposée à ces migrants ne passe plus seulement par des rapports interétatiques mais également par la puissance du marché.

Dans ce contexte, cette recherche s’insère dans les travaux liés à la sécurisation de la frontière européenne et cherche à démontrer que la privatisation de la gestion effective des passagers clandestins est aussi bien un dispositif constitutif de ce maillage coercitif qu’une opportunité économique.

  • Comment s’organise l’actuelle gestion des passagers clandestins dans les espaces maritimes de l’union européenne ?
  • Quels sont les espaces concernés par la gestion des passagers clandestins ?
  • Où se situent les  » frontières  » de l’UE par rapport à cette problématique ?

Publications

Maquet P.,  » Migrations maritimes : ouvrir les possibles, penser les solutions « , TELOS http://www.telos-eu.com/fr/migrations-maritimes-ouvrir-les-possibles-penser-l.html repris par SLATE http://www.slate.fr/story/104579/alternatives-politique-migratoire-union-europeenne, juillet 2015.

Maquet P.,  » Les migrations maritimes ou l’insupportable ressac « , TELOS http://www.telos-eu.com/fr/les-migrations-maritimes-ou-linsupportable-ressac.html repris par SLATE http://www.slate.fr/story/102105/migrants-mediterranee-union-europeenne, mai 2015.

Maquet P.,  » Passagers clandestins, les assureurs s’en mêlent « , Plein droit, n°101  » Le business de la migration « , juin 2014.

BurtinZortea J. et Maquet P.,  » Sanctions for stowaways: how merchant shipping joined the border police  » (disponible en ligne également en français :  » Quand la marine marchande seconde la police aux frontières : externalisation et sous-traitance des contrôles migratoires dans le milieu maritime « ), Statewatch Journal, vol 23-n°2  » Informants, spies and subversion « , Londres, août 2013.

Bourrat V. et Maquet P.,  » Une frontière concédée. Le contrôle du port du Pirée par un transporteur chinois évacue la question migratoire « , Causes communes, n°77  » Frontière(s) « , juillet 2013.

Maquet P.,  » Dans les cargos et les ports, la traque aux passagers clandestins… « , interview/rencontre menée par Agathe Marin, disponible sur le site internet de Causes communes, mise en ligne le 26 septembre 2012.

Burtin J. et Maquet P.,  » Les passagers clandestins sur les navires de marine marchande : de la gestion d’un événement à la production d’un risque « , L’Espace Politique, n°16, janvier 2012.

Programme de recherche / Activités scientifiques

Participation au programme de recherche Médimurs, chapeauté par Evelyne Ritaine, financé par le Conseil régional d’Aquitaine (2012-2015) et réalisé au Centre Emile Durkheim de Sciences Po Bordeaux. https://enigmur.hypotheses.org/category/medimurs

Réalisations au sein du programme :

  • Terrain de recherche au port du Pirée au mois de mars 2013
  • Rapport d’enquête et dossier photographique consacré au port du Pirée réalisé avec Valentine Bourrat intitulé :  » Politique d’un blindage économique « , mise en ligne en octobre 2013 sur le blog de Médimurs. http://enigmur.hypotheses.org/2735
  • Projet cartographique réalisé avec l’artiste plasticien Ulysse Bordarias intitulé :  » Projection idéale en quatre actes « , février 2015. Publication en cours.
  • Entretien réalisé avec Olivier Clochard auprès du collectif Etrange Miroir (http://www.etrangemiroir.org/). Publication en cours.
  • Rédaction d’un article : Maquet P.,  » Passer le port ? Ce que révèle la gestion des passagers clandestins dans le port du Pirée « . Publication en cours dans la revue Cultures et Conflits.

Interventions

  • Avril 2013 : intervention intitulée  » Vers une privatisation des contrôles frontaliers. Compte-rendu de l’enquête menée par Migreurop sur les passagers clandestins dans les ports européens en 2011 « , au VI CongrésCatalà/Internacional de Sociologia, organisé par l’École de sociologie catalane à Perpignan.
  • Mars 2012 : intervention intitulée  » Le traitement réservés aux passagers clandestins  » dans l’émission d’Yves Hazemann animée sur FPP (Fréquence Paris Plurielle).
  • Novembre 2011 : intervention à la conférence de presse organisée par Migreurop pour présenter le rapport  » Aux bords de l’Europe : l’externalisation des contrôles migratoires ».
  • Octobre 2011 : intervention avec Olivier Clochard intitulée « Passagers clandestins à bord des navires marchands : réseaux d’une prise en charge privatisée et objets de conflictualité », au colloque La gouvernance des espaces sous tension. Ports et communautés portuaires d’Europe en mutation, organisé par des équipes (CNRS, universités européennes, etc.) de l’ANR GECOPE à L’Ecole Nationale Supérieure Maritime (Nantes).

Participations à la rédaction de rapports

  • 2011 : participation à la réalisation et à la rédaction du rapport de Migreurop :  » Aux bords de l’Europe : l’externalisation des contrôles migratoires « .
  • 2010 : participation à la réalisation et à la rédaction du rapport de l’Anafé :  » De l’autre côté de la frontière, suivi des personnes refoulées « .

Enseignements

  • 2011 : Professeure vacataire d’Histoire-Géographie, Académie de Paris.
  • 2013-2014 : animation d’un atelier de cartographie auprès d’élèves de 6ème.

Recherche

Menu principal

Haut de page