MigrinterNet

WIKINDX Resources

Irwin, M., Blanchard, T., Tolbert, C., Nucci, A., & Lyson, T. (2004). Pourquoi certains ne migrent pas : l'impact du contexte local sur la sédentarité aux etats-unis. Population, 59(5), 653–680. 
Added by: MIGRINTER (23 Jan 2015 16:23:42 UTC)
Resource type: Journal Article
BibTeX citation key: Irwin2004
View all bibliographic details
Categories: General
Keywords: Etats-Unis, méthodologie, population, quartier, sédentarité
Creators: Blanchard, Irwin, Lyson, Nucci, Tolbert
Collection: Population
Views: 5/117
Views index: 8%
Popularity index: 2%
Attachments    
cote    revue
Added by: MIGRINTER  
Langue doc    fre
Added by: MIGRINTER  
Abstract     
[résumé d'auteur] La plupart des travaux sur les migrations américaines reposent sur des explications de la mobilité au niveau individuel. Notre étude va plus loin en examinant l’effet du contexte local sur les probabilités de ne pas migrer entre 1985 et 1990. En utilisant les données individuelles extraites des bulletins complets du recensement de 1990, nous rattachons les adultes recensés en 1990 à leur comté de résidence en 1985. Ensuite, en exploitant les caractéristiques macro-structurelles des comtés d’origine (fournies par le recensement de l’économie) et les caractéristiques des individus (fournies par le recensement décennal), nous élaborons un modèle linéaire hiérarchique à deux niveaux. Au niveau 1, nous construisons une équation logistique qui modélise les probabilités individuelles de ne pas migrer. Au niveau 2, nous modélisons d’abord les effets contextuels additifs de la localité d’origine sur ces probabilités, puis les effets d’interaction (inter-niveaux). Les facteurs locaux se classent en deux catégories : 1) la situation économique, qui comprend les habituels facteurs « répulsifs » au niveau agrégé ; 2) les caractéristiques de la collectivité locale qui tendent à retenir les gens là où ils vivent. Les résultats précisent le lien qui existe entre le contexte local et les migrations individuelles et montrent les effets des structures économiques et sociales locales sur ces comportements individuels. Nous constatons que, une fois contrôlés les facteurs économiques locaux et les caractéristiques individuelles, les particularités sociologiques des localités exercent des effets additifs sur la propension à rester où l’on est. De plus, nous observons que certaines caractéristiques des communautés locales interagissent avec les caractéristiques individuelles et familiales pour conditionner les effets des facteurs individuels sur la probabilité de migrer.
Added by: MIGRINTER  
wikindx 4.2.2 ©2014 | Total resources: 22434 | Database queries: 61 | Script execution: 0.25321 secs | Style: American Psychological Association (APA) | Bibliography: WIKINDX Master Bibliography