MigrinterNet

WIKINDX Resources

Ayata, S. (2008). Migrants and changing urban periphery : social relations, cultural diversity and the public space in istanbul's new neighbourhoods. International Migration, 46(3), 27–64. 
Added by: MIGRINTER (30 Jan 2015 16:14:10 UTC)
Resource type: Journal Article
BibTeX citation key: Ayata2008
View all bibliographic details
Categories: General
Keywords: espace public, mixité, multiculturalisme, quartier, relations sociales, Turquie (Istanbul), urbanisation, ville
Creators: Ayata
Collection: International Migration
Views: 3/232
Views index: 14%
Popularity index: 3.5%
Attachments    
cote    eng
Added by: MIGRINTER  
Langue doc    revue
Added by: MIGRINTER  
Abstract     
[Editeur] La présente étude examine la dynamique des changements socioculturels dans un quartier de la périphérie d'Istanbul, une « ville-lisière >> (edge city) caractérisée par sa mixité ethnique, son hétérogénéité culturelle, sa différenciation sociale et son espace multifonctionnel. L'un des principaux axes de la présente étude est la nature changeante des relations sociales au sein des groupes traditionnels. Premièrement, bien que la parenté, hemseri (le lieu d'origine), et la solidarité des résidants des quartiers restent essentiels dans la vie des migrants, la participation à ces groupes devient plus volontaire et les liens entre ses membres sont moins contraints. Deuxièmement, les regroupements ethniques et religieux au sein des quartiers ne constituent pas toujours des communautés privées, autoritaires et patriarcales. Ce qui semble généralement être une fragmentation rigide en communautés est souvent une marque de la diversité culturelle pour les résidants de la localité. Le pluralisme des associations permet aux personnes de revendiquer différentes identités ethniques, religieuses, politiques et culturelles. Troisièmement, même s'ils ne peuvent soutenir la comparaison avec leurs équivalents urbains habités par la classe moyenne, ces nouveaux quartiers offrent davantage de possibilités et d'espace public pour les rencontres entre membres de la localité que les communautés rurales par exemple. L'étude remet aussi en question l'image que l'on a souvent d'une ville rigide et polarisée en faisant état des témoignages empiriques qui attestent de la complexité et de la multitude des liens économiques et politiques entre les nouveaux quartiers et la société urbaine au sens large. Enfin, être isolé des zones urbaines où habitent les classes moyennes n'entraîne pas nécessairement l'exclusion de l'ensemble de la population urbaine vivant en périphérie de la vie, des institutions et de la culture urbaines qui sont de plus en plus présentes dans les nouveaux quartiers et accessibles à la majorité des résidants. La conclusion principale est qu'Istanbul comporte un certain nombre de villes-lisières de ce genre, dont l'influence sur les habitants en matière d'intégration et d'urbanisation est très forte.
Added by: MIGRINTER  
wikindx 4.2.2 ©2014 | Total resources: 22434 | Database queries: 60 | Script execution: 0.2043 secs | Style: American Psychological Association (APA) | Bibliography: WIKINDX Master Bibliography