MigrinterNet

WIKINDX Resources

Khondker, H. H. (2008). Bengali-speaking families in singapore: home, nation and the world. International Migration, 46(4), 177–198. 
Added by: MIGRINTER (30 Jan 2015 16:16:55 UTC)
Resource type: Journal Article
BibTeX citation key: Khondker2008
View all bibliographic details
Categories: General
Keywords: Bangladesh, Bengalais, Inde (Bengale), politique d'intégration, relations avec le pays d'origine, relations interethniques, réseaux sociaux, Singapour
Creators: Khondker
Collection: International Migration
Views: 1/203
Views index: 13%
Popularity index: 3.25%
Attachments    
cote    revue
Added by: MIGRINTER  
Langue doc    eng
Added by: MIGRINTER  
Abstract     
[Auteur] Le présent article examine les concepts de "terre natale", "nation" et "monde" tels que perçus par les familles bengalophones de Singapour. Les forces de la mondialisation ont largement contribué à faire des familles bengalophones des familles transnationales, d'abord en les déracinant du Bengale, territoire aujourd'hui partagé entre le Bangladesh et l'Etat indien du Bengale occidental, puis en les reliant à un réseau complexe de relations qui redessinent les contours de la communauté. Les familles bengalophones de Singapour appartiennent à deux "communautés" distinctes: les Bengalis du Bengale occidental en Inde, qui sont essentiellement hindouistes, et les Bengalis du Bangladesh qui sont principalement musulmans. Ces deux "communautés" distinctes ne se sont pas seulement constituées sur la base de différences religieuses mais également en termes de réseaux et de liens sociaux. En effet, leur langue commune, leurs habitudes alimentaires similaires et leur passion pour certaines pratiques culturelles comme le cricket et l'adda, ne suffisent pas à les réunir dans une même communauté bengalie. La séparation est en fait moins due à la religion qu'au nationalisme. Le nationalisme, quelle qu'en soit sa représentation, continue de jouer un rôle considérable dans la mondialisation, surtout au sein des communautés transnationales. Pourtant, les deux "communautés", celle du Bangladesh et celle du Bengale occidental ne sont en aucun cas antagonistes l'une à l'autre; leur relation est une relation ambivalente fondée sur un principe implicite d' "indifférence courtoise". La situation a changé dans les années 90 lorsque le bengali a été introduit en tant que deuxième langue à Singapour et qu'une école de langue bengalie a par la suite été ouverte. Les deux communautés ont été rassemblées dans un espace physique commun et une nouvelle série de liens sociaux et de réseaux ont commencéà voir le jour, élargissant et redessinant ainsi les limites communautaires. Cet article montre comment les nations parviennent à diviser un peuple qui partage une notion commune de la terre natale et jusqu'à quel point une vision cosmopolite du monde peut redessiner les contours de la communauté.
Added by: MIGRINTER  
wikindx 4.2.2 ©2014 | Total resources: 22434 | Database queries: 60 | Script execution: 0.2164 secs | Style: American Psychological Association (APA) | Bibliography: WIKINDX Master Bibliography