PICRI

PARTENARIATS INSTITUTIONS-CITOYENS POUR LA RECHERCHE ET L’INNOVATION

PICRI

CITOYENNETE ACTIVE ET IMPLICATIONS TERRITORIALES EN ILE-DE-FRANCE

LAIOS-GRDR-MIGRINTER-IDD 2009-2011

LES PARTENAIRES DU PICRI

  • INSTITUTIONS DE RECHERCHE
    • LAIOS Laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales (équipe du IIAC, UMR 8177, CNRS et École des hautes études en sciences sociales de Paris) « Créé en 1995 comme Unité Propre de Recherche du CNRS, le LAIOS, Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales, aujourd’hui rattaché à l’IIAC (Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain, UMR 8177), développe depuis plus de dix ans des travaux en anthropologie politique, engageant outre des anthropologues, des historiens et des sociologues ».
    • MIGRINTER Migrations internationales, espaces et sociétés (UMR 6588, CNRS et Université de Poitiers) « Une équipe de recherche spécialisée dans l’étude des migrations internationales et des relations inter-ethniques. Créé en 1985 par Gildas Simon, MIGRINTER a développé un pôle scientifique qui intègre des activités de recherche, de formation, de publication et de documentation sur les migrations internationales ».
  • PARTENAIRES  » CITOYENS  » (Organisations de la société civile)
    • GRDR Groupe de Recherche et de réalisations pour le Développement Rural Migration, citoyenneté, développement (Montreuil) « Une ONG née en 1969 de la rencontre d’agronomes français, ayant pour la plupart travaillé en Afrique, et de migrants originaires de la région du Bassin du Fleuve Sénégal ».
    • IDD Immigration Développement Démocratie (Paris) Ce « réseau se veut une plate-forme de réflexion, d’information, de formation et de rencontre entre des partenaires français et immigrés sur les questions de développement social, économique et culturel ».

OBJECTIFS DU PICRI et IMPACT SOCIETAL ATTENDU

Analyser de manière approfondie les processus par lesquels se constitue, au fil des engagements quotidiens d’associations de migrants sub-sahariens, marocains et de leurs enfants, une  » citoyenneté active « 

  1. Produire de la connaissance sur des articulations nouvelles entre citoyenneté et identité(s) et pointer l’émergence de formes locales de citoyenneté transnationale.
  2. Dépasser les termes actuels du débat sur l’intégration en redéfinissant la notion de citoyenneté et valoriser à travers la production et la diffusion de ces recherches, des formes d’expression citoyenne novatrices et différentes.
  3. Produire un annuaire (en ligne) recensant les associations issues de la migration (objet statutaire, domaine d’intervention, actions, outils pédagogiques, agenda des initiatives) afin de recenser, mutualiser, capitaliser, faire connaître et reconnaître les acteurs citoyens issus de la migration.
  4. Produire des données cartographiques sur les territoires d’intervention (en Ile de France et dans les pays d’origine)
  5. Promouvoir la connaissance inter associative, mutualiser, échanger, valoriser, concerter, via des rencontres / échanges / initiatives communes
  6. Promouvoir via la capitalisation la reconnaissance de ces associations par les partenaires institutionnels

(…) Il s’agira (…) à partir de l’analyse d’un ensemble de pratiques associatives, de s’attacher à saisir des espaces originaux de fabrication d’une citoyenneté active par des  » gouvernés  » ; en l’occurrence des  » gouvernés  » qui le sont d’autant plus qu’ils sont situés dans un ensemble  » d’entre-deux « , tant statutaires (de nationalité française ou non, avec ou sans papiers) qu’en termes de représentations ( » immigrés « ,  » deuxième génération « ,  » Africains « …).

Pour ce faire, l’équipe, composée de membres du GRDR (Groupe de Recherche et de réalisations pour le Développement Rural), d’IDD (Immigration Développement Démocratie),de chercheurs et d’universitaires (LAIOS et MIGRINTER), s’appuiera à la fois sur la capitalisation des expériences du GRDR et d’IDD, sur un certain nombre de recherches déjà abouties, et sur la réalisation d’un travail original venant les approfondir et les compléter. Cette recherche partenariale entre deux laboratoires et deux associations spécialisées dans l’accompagnement des projets de migrants et de leurs enfants propose de capitaliser les connaissances acquises dans ce domaine, d’expérimenter des modules d’enseignement (Master professionnel) et de formation (en direction des associations migrantes).

PERSONNES IMPLIQUEES DANS LE PROJET

  • ARAB Chadia, chercheur, géographe
  • BERTINI Barbara, Responsable du programme Santé, GRDR, anthropologue
  • BOINOT Marion : Chargée de projets IDD, politologue
  • CADIERGUE Diane : Coordinatrice Nationale IDD, politologue
  • GONIN Patrick : Professeur, Université de Poitiers, UMR CNRS N° 6588 : Migrinter, géographe
  • KOTLOK Nathalie : Maître de conférences, Université de Poitiers, UMR CNRS N° 6588 : Migrinter, géographe
  • LE MASSON Olivier : Coordinateur du Programme européen « Migrants, acteurs d’éducation au co-développement », GRDR, géographe
  • LIMA Stéphanie : Maître de conférences, CUFR JF Champollion – Albi, Equipe de rattachement : UMR Dynamiques Rurales – Université Toulouse 2 Le Mirail, géographe
  • NEVEU Catherine : Directrice de recherche CNRS, LAIOS, anthropologue
  • RICARDOU Rafaël, Responsable programme d’appui au mouvement associatif migrant, GRDR, sociologue

Mise en ligne le 23 juillet 2009

Recherche

Menu principal

Haut de page