Soutenance HDR Constance de Gourcy – 2 juillet

Constance DE GOURCY, maîtresse de conférences à Aix-Marseille Université – Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (UMR 7305) soutiendra une Habilitation à diriger des Recherches intitulée :

«Le lien social à distance : (En)quête d’absence»

La soutenance aura lieu le  Jeudi 2 juillet 2020, à 14 h à l’Université de Poitiers, Salle Guillemet, Hôtel Fumé, 8 Rue René Descartes, Bât E15.

 

Présentation :

Inscrite dans une approche critique des travaux se référant au transnationalisme, cette habilitation révise dans une perspective cumulative ses exigences théoriques et apports méthodologiques et fournit les bases d’une lecture renouvelée de la place donnée à l’absence dans les migrations internationales. Alors que la notion est désormais souvent limitée à être l’antonyme de la présence, ce travail s’efforce ainsi de mettre au jour les présupposés technicistes qui ont contribué à en faire un impensé et propose une étude serrée, à partir de jalons significatifs, de ses évolutions sémantiques depuis ses premières apparitions jusqu’à la période contemporaine caractérisée par l’étatisation de la notion et son usage à des fins régulatrices. Cette investigation sur le temps long et dans différents contextes (européens et non européens) invite ainsi à mettre en évidence la dimension genrée de l’absence qui place les sexes dans des relations spécifiques et leur attribue un rôle dans l’espace social et physique des mobilités et des migrations.

Abordant la distance comme un paramètre important des relations qui agit comme l’avait souligné Georg Simmel sur les formes données aux socialités, ce travail plaide pour une définition de l’absence comme l’institution sociale qui fait tenir la société à distance, à différentes échelles, de l’individu au groupe. Ce renouvellement du regard invite à délimiter deux angles d’analyse : un premier, qui porte sur les mises à l’épreuve du lien social en raison de la prise de distance et de son inscription dans la durée. Un second, qui consiste à poser une problématique de la reconnaissance dans la vulnérabilité des liens d’interdépendance. Plus largement, ce travail montre que la pluralité et la différenciation croissante des formes d’absence dans nos sociétés contemporaines s’accompagne paradoxalement de nouvelles sources d’inégalités sociales.

Recherche

Menu principal

Haut de page